Menu
Destinations

Quels animaux peut-on croiser en été en montagne ? 

Les Alpes françaises sont de véritables puits de biodiversité qui abritent une richesse faunistique incroyable. Mammifères, bovidés, rapaces, insectes… Les espèces animales sont nombreuses à cohabiter dans les montagnes. Mais elles possèdent toutes leurs propres particularités et leur propre mode de vie. Régime alimentaire, période d’hibernation, saison des amours, lieu de vie… À chacun son fonctionnement !

Si vous êtes discrets et attentifs, vous aurez peut-être la chance de croiser l’un d’entre eux au détour d’un sentier de randonnée. 

D’autant plus que l’été est la période idéale pour partir explorer ces montagnes, respirer l’air pur des sommets et découvrir les multitudes espèces d’animaux sauvages qui vivent ici.

Quels animaux pourrez-vous croiser au cours de votre randonnée en montagne cet été ? L’équipe OVO Network vous répond.


Le bouquetin, la force tranquille

⚖️ Poids : entre 65 et 100 kilogrammes pour le mâle et 35 et 50 kilogrammes pour la femelle

📏 Taille : entre 85 et 92 centimètres pour le mâle et 70 et 78 centimètres pour la femelle (au garrot)

🍏 Alimentation : plantes herbacées et graminées

⛰️ Où l’observer ? En altitude, dans les pentes escarpées et caillouteuses

Le bouquetin est l’un des animaux montagnards les plus faciles à repérer. Et pour cause : cette chèvre des montagnes est plutôt curieuse et relativement peu farouche.

Il vous sera donc facile de vous en approcher pour contempler de plus près ses impressionnantes cornes annelées et arquées, pouvant parfois mesurer plus d’un mètre de long (pour le mâle), ainsi que sa robuste carrure qui peut atteindre jusqu’à 100 kilogrammes.

Il faudra cependant grimper un peu car le bouquetin apprécie les terrains escarpés et les pelouses d’altitude épargnées par le piétinement des visiteurs ou des autres animaux de la montagne.

Attention : bien qu’il ne soit pas timide, il reste un animal sauvage. Ne vous approchez pas trop près, respectez son espace.

Deux bouquetins perchés sur une paroi rocheuse. Les cornes du plus grand sont impressionnantes.
Le bouquetin © Office de Tourisme Savoie Mont Blanc

Le chamois, symbole des Alpes

⚖️ Poids : entre 35 et 50 kilogrammes

📏 Taille : 80 centimètres en moyenne (au garrot)

🍏 Alimentation : végétaux et plantes herbacées

⛰️ Où l’observer ? En moyenne montagne, dans les pentes escarpées et caillouteuses

Moins facile à repérer que son cousin le bouquetin, le chamois n’en reste pas moins l’un des symboles forts des Alpes.

Vive et agile, cet animal vit en effet à plusieurs centaines de mètres d’altitude, sur les sommets les plus caillouteux et les plus abruptes. Pour l’observer, il vous faudra donc être muni d’une bonne paire de jumelles ou, pour les plus motivés, d’atteindre directement ces vertigineux sommets à pied.

Vous pourrez facilement reconnaître ce petit animal sauvage à ses cornes noires et fines, sa petite queue blanche et son pelage brun en été.

L’aigle royal, roi du ciel

⚖️ Poids : entre 2,9 et 6,6 kilogrammes

📏 Taille : 2 mètres d’envergure en moyenne

🍏 Alimentation : rongeurs et mammifères

⛰️ Où l’observer ? Dans le ciel, autour des sommets

L’aigle royal est sans conteste l’un des oiseaux les plus célèbres des Alpes.

Pour maximiser vos chances d’en apercevoir un, nous vous conseillons donc d’aller faire un tour en montagne en été. C’est à cette période de l’année qu’il est en effet le plus régulièrement de sortie. Il faut dire que l’enjeu est de taille pour lui : il doit à tout prix nourrir ses petits, nés à la fin du printemps, qui ne sont pas encore capables de chasser seuls.

Cet imposant rapace, de plus de deux mètres d’envergure, est connu pour sa vitesse pouvant aller jusqu’à près de 200km/h, son agilité et sa vision perçante qui lui permet de distinguer un objet de 10 centimètres à 1 kilomètre de hauteur, rien que ça ! Il est reconnaissable à son bec jaune crochu et son plumage noir.

À table, il n’est pas difficile. Cet oiseau des Alpes se nourrit de toute sorte de petites proies telles que des lapins, des marmottes ou des écureuils. Mais également de plus grands mammifères tels que des renards, des chevreaux ou des chats sauvages.

Un majestueux aigle royal perché sur une branche : oiseau emblématique des Alpes.
L’aigle royal

La brebis, emblème des paysages montagnards

⚖️ Poids : entre 55 et 65 kilogrammes

📏 Taille : 65 centimètres en moyenne (au garrot)

🍏 Alimentation : herbe fraîche des pâturages

⛰️ Où l’observer ? Dans les alpages

La brebis fait partie intégrante des paysages montagnards d’été. Vous en croiserez à coup sûr !

Après avoir passé l’hiver à l’étable, les bêtes sont conduites dans les montagnes pour y passer la saison estivale. Les troupeaux vont passer 3 à 4 mois dans les alpages pour profiter de l’herbe fraîche, avant que celle-ci ne soit recouverte par la neige.

En Savoie et en Haute-Savoie, la race dominante est la brebis Thônes et Martod. Vous la reconnaîtrez facilement grâce à ses cornes torsadées, son épais manteau de laine et ses couleurs marquées. Seul le bout de son museau, ses yeux et ses oreilles sont noirs. Tout le reste de son corps est blanc.

Attention : certains alpages n’étant pas clôturés, ceux-ci sont souvent gardés par des chiens de troupeau, dressé à le protéger de toute agression. Si vous venez à croiser un chien berger, quelques règles sont donc à respecter pour éviter tout accident. Lisez-les avant de partir en randonnée.

La marmotte, mascotte des montagnes

⚖️ Poids : entre 4 et 8 kilogrammes

📏 Taille : 50 à 70 centimètres

🍏 Alimentation : trèfles, fleurs, bourgeons, racines, bulbes, graines, fruits, écorces et quelques insectes

⛰️ Où l’observer ? Sur les versants ensoleillés

Après avoir hiberné tout l’hiver pour faire face au froid et au manque de vivres à cette période, l’arrivée des premiers rayons de soleil marque le retour des marmottes dans les montagnes.

Au retour des beaux jours, vous pourrez en effet entendre leurs sifflements résonner entre les parois de la montagne. Ces sifflements perçants servent à prévenir ses compagnons d’un éventuel danger autour de leur terrier (cliquez juste ici pour entendre son petit cri).

Et si vous avez un œil de lynx, vous aurez peut-être même la chance de les apercevoir ! Mais pour les trouver, il vous faudra être attentif puisque ces petites bêtes sont expertes en cache-cache…

Un conseil pour maximiser vos chances d’en apercevoir une : aller se promener à l’entrée d’un parc naturel. Plus habituée au passage des hommes que les animaux vivants dans des zones à l’écart du monde, elle sera bien moins timide et se laissera plus facilement admirer.

Une marmotte dans la pelouse.
La marmotte © Office de Tourisme Savoie Mont Blanc

Le gypaète barbu, gardien des sommets Alpins

⚖️ Poids : entre 5 et 7 kilogrammes

📏 Taille : 2 mètres 80 d’envergure

🍏 Alimentation : carcasses (os, tendons, ligaments…)

⛰️ Où l’observer ? Dans le ciel, en haute altitude

Pendant de nombreuses années, le gypaète barbu a été exterminé et menacé d’extinction en raison de sa carrure et de son mode de vie qui en effrayait plus d’un. On le voyait comme un animal diabolique qui tuait ses proies sans vergogne et attaquait les troupeaux.

Ce n’est que récemment que l’on s’est rendu compte que ces croyances populaires n’étaient que des idées reçues et que cet oiseau sauvage n’était en fait pas si terrifiant qu’on le pensait.

On a vite compris qu’en réalité, ce n’était pas lui qui tuait les troupeaux puisqu’il se nourrit exclusivement de carcasses. Et que les taches rouges que l’on peut apercevoir sous son ventre ne sont pas du sang de proies qu’il aurait tuées, mais qu’il s’agit en fait… de terre, qu’il utilise pour se nettoyer ! 

On s’est également rendu compte de l’intérêt écologique qu’il représente. En se nourrissant des cadavres, il prévient ainsi des épidémies et protège les cours d’eau de la pollution liée à la décomposition. On ne le surnomme pas « l’éboueur de la nature » pour rien.

C’est dans les années 80 que le gypaète est réintroduit dans nos montagnes et fait partie des oiseaux emblématiques des Alpes. Il est donc plus facile d’en croiser aujourd’hui qu’il y a quelques années.

Mais cet oiseau sauvage reste encore rare. Bien que les couples se soient aujourd’hui reproduit et que leur nombre augmente peu à peu, on en compte seulement 250 dans tout l’arc alpin, de Nice à la Slovénie.

La vache, star des montagnes

⚖️ Poids : entre 550 et 650 kilogrammes

📏 Taille : 1 mètre 35 en moyenne

🍏 Alimentation : herbe fraîche des pâturages

⛰️ Où l’observer ? Dans les alpages

Un troupeau de vaches en liberté, broutant paisiblement dans les verdoyants pâturages de montagne. Un très beau cliché, n’est-ce pas ? Et bien figurez-vous que ce paysage typique alpin n’est pas seulement un décor de carte postale !

Lors d’une sortie en montagne au printemps, il n’est pas rare de tomber nez à nez avec un troupeau de vaches. Et plus précisément encore un troupeau d’Abondances ou de Tarentaises, deux races typiques de la Savoie.

À la venue des beaux jours, ces dernières quittent les vallées pour venir couler des jours heureux ici. C’est ce que l’on appelle la transhumance. Cet événement a lieu tous les ans, aux alentours du 25 mai.

Attention : ces animaux ont certes été domestiqués par les hommes, mais nous vous déconseillons fortement de vous en approcher. Leur comportement peut être imprévisible et elles n’hésiteront pas à charger si elles se sentent en danger ! Voici donc les bons gestes à adopter si vous venez à croiser cet animal en montagne :

  • Ne vous approchez pas pour le caresser
  • Contournez-le troupeau, même s’il est installé en plein milieu du chemin
  • Evitez les gestes brusques et gardez votre calme
  • Si vous avez un chien, tenez le en laisse
L'abondance est une race spécifique de Savoie. Elle fait partie des animaux montagnards
L’abondance © Office de Tourisme Pays d’Evian Vallée d’Abondance

Vous voilà à présente incollable sur chacune des espèces d’animaux sauvages qui peuplent nos belles montagnes des Alpes. Plusieurs activités d’été vous permettront de partir à leur découverte, quelque soit votre destination : aux Portes du Soleil, dans les Aravis ou à La Plagne… Avec une bonne paire de jumelle et un bon bol de patience, vous ne devriez pas les manquer ! Et tout vient à point à qui sait attendre, dit-on…

Si, au détour d’un chemin, vous croisez l’un d’entre eux, n’hésitez pas à partager votre plus beau cliché sur nos réseaux sociaux.

Venez passer vos prochaines vacances d’été en montagne pour en apprendre plus sur sa faune

...